Rencontre avec Soeur Angèle N'DIONE

Thèmes abordés :
- Situation économique du pays
- La pouponnière
- L’APSPCS
- Avantages entre les écoles privées et écoles publiques
- Village de Ngohé

" Les affiches faites par l’association coeur du monde m’ont déjà présentée. Mais puisque la répétition est pédagogique permettez-moi de vous redire mon prénom et nom de famille : Je m’appelle soeur Angèle Dibor Ndione sénégalaise de bon teint, ainée d’une famille de 9 enfants. Je suis infirmière d’état. Actuellement je fais une formation de management et administration toujours dans le domaine de la santé. Voilà en bref ce que je fais.

Avant de commencer mon partage, je tiens à vous remercier vous tous qui êtes venus partager avec nous ces moments instances et importants dans la vie de notre association Coeur du Monde. Je dis nôtre car je connais très bien toutes les actions menées par l’association au Sénégal. Je tiens à remercier d’une façon particulière toutes les personnes qui se donnent de coeur et d’âme pour aider ceux qui sont en situation difficile. En aidant ces êtres à devenir les hommes et femmes de demain vous participer à la construction de leurs familles et pays. Merci à vous et que le Divin maître puisse récompenser chacun selon son coeur.
Permettez-moi de dire mes sincères remerciements à Mr Mme PADIOU initiateurs de l’association coeur du monde. Patrick et Hélène je n’ai pas les mots qu’il faut pour vous exprimer toute notre reconnaissance et gratitude, notre car je parle au nom de toutes ces personnes que l’association aide. Un seul et simple mot jailli de mon coeur c’est MERCI qui veut dire beaucoup de choses pour moi MERCI à VOUS MR ET MME PADIOU et que Dieu vous comble de ses bénédictions.

Le Sénégal est un pays de l’Afrique de l’ouest pauvre comme la plupart de pays en développement. Il couvre une superficie de 196 722 km2. Sa population est d’environ de 11 millions d’habitants :
90 à 91 % de musulmans, 5 à 8% de catholiques et 1% de la religion traditionnelle.
Depuis plusieurs années, la vie dans notre pays devient de plus en plus difficile. L’appauvrissement du monde rural, compte tenu de la réalité culturelle de notre pays ou une bonne partie des populations urbaines vient directement ou indirectement de ce secteur, va sans se traduire par une détérioration de la vie de celle-ci. Les salaires pour ceux qui travaillent restent encore nettement en deçà du coût réel de la vie.
Malgré l’aide apportée par la communauté internationale en matière de lutte contre la pauvreté et l’inflation du discours des nouvelles autorités sur ce thème, on assiste à une détérioration continue des conditions de vie qui n’épargne même plus certains secteurs des couches moyennes qui étaient jusque là les moins touchées.
C’est ainsi que même dans les villes, nombreuses sont les familles obligées de se contenter d’un seul repas quotidien, qui n’est parfois d’ailleurs qu’un semblant de repas compte tenu de la pauvreté, de sa valeur nutritionnelle et même des conséquences nuisibles pour la santé. Le prix des denrées de premières nécessités haussent régulièrement.
L’exode rural amplifie et aggrave la pression démographique déjà insupportable dans certaines villes avec ses corollaires qui sont l’insalubrité, l’insécurité, l’accroissement des logements, de transports, d’infrastructures éducatives et sanitaires et de tous les autres problèmes d’édilité publique. Ceci dit qu’il est impossible pour certaines personnes d’avoir le strict nécessaire. Dans une telle situation l’école et la santé sont reléguées en seconde position. Voilà brièvement un petit aperçu de mon pays.

A présent je vais faire un partage sur nos différentes activités où intervient l’association coeur du monde.

La pouponnière qui est crée en 1955 accueille en son sein des bébés orphelins de mère, des bébés abandonnés et des cas sociaux, ils sont en permanence 50 Bébés âgés de 0 à 9 mois. Les orphelins et les cas sociaux restent à la pouponnière jusqu’à l’âge de 9 mois, pour les prématurés c’est 12 mois et ensuite nous demandons à un membre de la famille de reprendre l’enfant, mais la pouponnière continue à aider la famille de cet enfant jusqu’à l’âge de 2ans ; c’est-à-dire chaque mois on donne la ration alimentaire et tout le nécessaire à la famille. Quant aux abandonnés il y a des familles qui font une demande d’adoption et le tribunal régional de Dakar fait le placement. Nous avons aussi le foyer des jeunes filles elles sont au nombre de 48. Ces filles nous aident à entretenir et nourrir les bébés, elles vivent avec nous et reçoivent en même temps une formation qui les aidera dans leur rôle de mère et épouse de demain.

L’association coeur du monde paie la scolarité de plusieurs enfants issues de famille en situation difficile dans les écoles privées catholiques. Pourquoi les écoles privées catholiques ?
Dans ces écoles privées la formation professionnelle ou l’enseignement est beaucoup plus sérieuse que l’école publique. Là il y a un bon suivi même si la scolarité n’est pas à la portée de tout le monde. Dans les écoles publiques il y a moins de rigueur, beaucoup de grèves soit par les enseignants ou les élèves ; même si l’enseignement est gratuit.

Pour aider les pauvres à avoir accès aux soins de santé à moindre coût il existe dans notre pays une association des postes de santé privés catholique du Sénégal composé de 72 postes de santé, dirigés par des religieuses infirmières ou médecins. Les activités de l’association consistent à compiler les besoins des postes en médicaments et matériels et faire la demande dans les officines nationales et internationales, nous facilitons aussi les relations entre les postes et le ministère de la santé ou de la solidarité nationale.

Pour finir je vous parle du village de Ngohé qui se trouve à 150 kms de Dakar, là aussi l’association mène des actions. Un village assez pauvre car les gens vivent de leur culture, et n’ont pas beaucoup de moyens pour subvenir à leurs besoins

Juste un petit mot sur la grande île de Madagascar.
J’ai fait un cours séjour dans cette grande île, au sol fertile et qui a beaucoup de ressources minières c’est ce qui fait la différence entre ce pays et le mien. Mais malgré sa richesse, la population malgache est très pauvre, pour moi plus pauvre que le Sénégal. Cette pauvreté est due en grande partie à la corruption comme dans nos pays.
Voilà en gros ce que j’ai voulu partager avec vous ce soir et je suis disponible pour répondre à vos questions.
Je vous remerciement pour votre aimable attention. "

Soeur Angèle